Menu

     Accueil
     Logiciels
     Documents
     Emulateurs
     Forum de discussion
     Témoignages
     Avis de recherche
     Trombinoscope
     Truc & astuce
     Outils
     Liens

Retour


Témoignage de Gilles Blancon

Voici le témoignage de Gilles Blancon, auteur entre autres de L'affaire Vera Cruz et de L'affaire Sydney édité chez Infogrames.

Propos recueillis par e-Mail par Yoann Riou le 7 Juillet 2005.





Bonjour Gilles Blancon. Pourriez-vous vous présenter en quelques lignes ?

   Gilles Blancon, né en 1960, scolarité normale dans le privé jusqu'à ma crise d'adolescence (certains diraient mon envie de voler de mes propres ailes) en terminale qui se termina par un BAC S bâclé et bien sûr raté (on notera néanmoins le côté matheux du garçon), et à devancer l'appel du service national dans la Gendarmerie. Et c'est dans cette même Gendarmerie que je m'engagerai un an plus tard après avoir réussi les tests de sélection. C'est durant mon affectation dans la Loire que je m'intéresse à la micro informatique naissante pour occuper mes soirées d'astreinte.

   Mon premier micro fut un Commodore VIC 20 (3,5 ko de RAM) que je revendais 3 mois plus tard après avoir épuisé toutes ses ressources en programmation BASIC. Je suis par la suite passé d'un Oric 48 à un Spectrum pour finir sur un Amstrad CPC 464. Et c'est sur cette machine disposant d'un excellent basic et de capacités graphiques honorables que j'ai pu enfin programmer un véritable jeu, nous étions en 1984. Il s'agissait d'un strip-poker où l'on jouait contre l'ordinateur. Lorsque l'on gagnait, la playmate quittait un vêtement, dans le cas contraire, elle en remettait un.
   N'ayant pas d'imprimante, je m'étais rendu dans la boutique où j'avais acheté le micro pour sortir le listing du programme. Le revendeur, surpris par la qualité du jeu, m'a incité à le proposer à des éditeurs. Il m'a lui-même noté les adresses de cinq éditeurs, m'a fait le brouillon de la lettre à adresser à chacun d'eux et nous avons dupliqué la cassette du programme en cinq exemplaires (et oui, à l'époque, pas de CD, de Memory key, ni-même de disquette sur ces micros).

   Après avoir envoyé mes cinq cassettes, j'avais la surprise quelques jours plus tard de recevoir autant de réponses. Un seul éditeur refusait mon jeu poliment en arguant qu'il se cantonnait au domaine professionnel. Les 4 autres réponses étaient positives, l'un voulait me faire signer un contrat d'exclusivité, un autre me demandait de compiler les graphismes, un autre encore souhaitait que je réalise une page d'introduction, et le dernier (Core à Evry) joignait directement un contrat par lequel il s'engageait à éditer et à diffuser mon jeu contre des royalties de 10 francs par jeu vendu.

Strip Poker sur CPC

   Je signais donc avec Core qui diffusa mon jeu durant une année, jusqu'à ... ce que la société disparaisse avec mes royalties. Toutefois l'expérience était positive, Core m'avait fourni de nombreux matériels (CPC 464, RAM additionnelle, lecteur de disquette supplémentaire, imprimante, etc ... ) et surtout mon premier logiciel assembleur/désassembleur Z80 avec 3 ou 4 bouquins sur le sujet et la technique de programmation en assembleur.


L'Affaire Vera Cruz sur Thomson
   C'est donc mieux équipé que je poursuivais cette aventure et que je réalisais L'Affaire Vera Cruz (une enquête menée par un gendarme pour changer de l'habituel limier policier). C'est avec Infogrames cette fois que je traitais car malgré les propositions de Core, je sentais cette société loin d'être à la hauteur des Infogrames, UBI Soft et autres (sa cessation d'activité quelques mois plus tard m'avait donné raison).

   Je suis par la suite resté fidèle à Infogrames chez qui j'avais reçu à l'époque un accueil très franc et j'y avais trouvé une super équipe, des programmeurs passionnés, des graphistes à la pointe, une direction performante et visionnaire. Brunot Bonnel et Christophe Sapet, les gérants de l'époque, étaient eux-mêmes à l'origine des programmeurs qui avaient écrit un livre sur la programmation d'un des premiers micro-ordinateurs, un Texas Instrument si je me souviens bien. De plus chez Infogrames, les auteurs indépendants étaient assistés autant que de besoin. Nous pouvions toujours être en contact avec un membre de l'équipe selon l'objet de notre question, programmation, graphisme, animations, royalties, etc ...

   Après deux autres jeux, j'ai fini par jeter l'éponge en 90 lorsqu'il est apparu flagrant qu'un auteur indépendant ne pouvait plus à lui seul s'acquitter de la tâche que représentait la réalisation d'un jeu à partir de cette époque. Je suis maintenant Lieutenant après avoir servi dans trois brigades de gendarmerie (dans la Loire et en Martinique) comme enquêteur jusqu'il y a une dizaine d'années. Période où la Gendarmerie a considéré que mes compétences dans le domaine informatique seraient mieux utilisées à Paris qu'à poursuivre les délinquants. J'exerce donc maintenant des fonctions de chef de projet informatique à la Direction Générale et suis titulaire d'un BTS informatique option réseau que j'ai obtenu à 39 ans en candidat libre pour avoir le plaisir de l'annoncer à mes parents (ma maman qui a été institutrice n'avait pas été très fière de son aîné au moment du BAC).



Quels sont les jeux que vous avez ecrit ou adapté ?

   J'ai réalisé :
  • Strip Poker sur Amstrad CPC 464 édité par Core à Evry
  • L'Affaire Vera Cruz sur Amstrad CPC 664 édité par Infogrames à Villeurbannes (enquête gendarmerie)
  • L'Affaire Sydney sur Amstrad CPC 6128 édité par Infogrames (enquête gendarmerie)
  • L'Affaire Santa Fe sur Amstrad CPC 6128 édité par Infogrames (aventure western)
   Les affaires Vera Cruz et Sydney ont été adaptées sur diverses machines ; Thomson TO7 et MO5, SPECTRUM, MSX et traduites et diffusées dans plusieurs pays ; Angleterre, Allemagne, Espagne, Italie, et Hollande je crois me souvenir.

   Toutes ces adaptations et traductions ont été réalisées par Infogrames sauf les versions Thomson que j'ai réalisé en un week-end avec mon frère Philippe. Infogrames m'avait prêté un MO5 et mon frère avait un TO7 perso. Il connaissait déjà bien le BASIC Thomson et Infogrames m'avait fourni une moulinette pour transférer mes graphismes et des primitives d'affichage maison pour remplacer les miennes, spécifiques au Z80 du CPC.



Comment compareriez vous les ordinateurs Thomson par rapport à ses concurrents de l'époque ?


Méfiez-vous de Philippe & Gilles Blanc
dans l'Affaire Vera Cruz
   La réponse ne va pas plaire aux passionnés que vous êtes des micro-ordinateurs Thomson ... mais honnêtement, ils valaient rien : la membrane lamentable du TO7, les touches caoutchouc du MO5, etc ... Si le ministère de l'éducation n'avait pas été là pour commander tout le stock ... A l'époque ce sont les Amstrad CPC qui étaient de loin les meilleures machines.


Qu'est-ce qui vous a inspiré L'Affaire Vera Cruz ?

   J'ai imaginé le scénario en m'inspirant de ma propre expérience en matière d'enquête judiciaire. Ca a été le cas également de L'Affaire Sydney où les graphismes des personnages et même de la scène du crime sont directement issus de ma vie professionnelle. Par contre, les noms des personnages sont souvent un méli-mélo des noms et prénoms de mon entourage immédiat, ma famille, mes copains, mes collègues. Ils ont tous beaucoup rigolé à retrouvé leur nom dans les personnages des jeux.

L'Affaire Sydney sur Thomson

   Le nom de Véra Cruz m'est venu après bien des essais. J'ai essayé d'associer un prénom original féminin avec un nom étranger. Le nom de la ville de Santa Cruz m'avait marqué car je suis un fan de Western et la prononciation espagnole sonne bien.



Vos collègues de la Gendarmerie ont-ils joué avec vos enquêtes ?

   Oui, mes collègues gendarmes ont joué avec mes enquêtes et il a même été question à une époque de s'en inspirer pour mettre en place de véritables simulateurs d'enquêtes dans certaines formations de police judiciaire.

   De plus, mes camarades les plus proches m'ont également servi de cobayes pour tester mes jeux tant sur le plan technique (tout faire pour essayer de les planter) que sur le plan réalisme du scénario.

   De nombreuses personnes, camarades ou pas, m'ont parfois demandé des conseils pour avancer dans les enquêtes. Je les ai rarement aidés car nous avions convenu avec Infogrames de mettre en place un numéro de téléphone (que l'on trouve au cours de l'enquête) faisant office de "Huggy les bons tuyaux". Si les joueurs appellent en désespoir de cause, ils tombaient sur une secrétaire de l'éditeur qui prenait note du niveau atteint par le joueur, de ses impressions, et l'aidait ainsi à passer à l'étape suivante en lui donnant une information que manifestement le joueur n'avait pas relevée. Ce moyen permettait aussi à l'éditeur de prendre le pouls du public vis-à-vis du jeu et donc d'orienter les futures créations.



Que vous remémorez vous lorsque vous pensez à cette époque ?

   Comme je l'ai dit plus haut, à l'époque, un auteur pouvait faire un jeu seul. Personnellement je créais le scénario et le programmais en BASIC ou en C. Je réalisais les graphismes avec mon propre éditeur graphique très rudimentaire et les compilais avec mes propres routines programmées en assembleur. Je mettais en place également une première protection interceptant des saisies au clavier en dehors des évènements prévus de saisie qui effaçait la mémoire. Infogrames ajoutait sa propre protection, et prenait à sa charge la conception musicale et les bruitages. Créer un jeu maintenant demande une équipe projet complète et des moyens financiers considérables. Ce qui me fait dire avec humour qu'à l'époque nous avons été des pionniers et qu'aujourd'hui nous ne sommes plus que des ancêtres.

   Je garde une certaine nostalgie de cette époque mais pas seulement en raison de cette aventure multimédia car dans le même temps j'ai connu une affectation outre-mer très palpitante. Par contre j'estime que cette passion tellement décalée avec ma profession m'a permis de me faire une place singulière dans la Gendarmerie et de faire évoluer très convenablement ma carrière.



Qu'est-ce que cela vous fait d'être contacté par des gens qui vous parlent de ce que vous avez créé 20 années avant ?


L'Affaire Santa Fe sur CPC
   Ca m'amuse, c'est tout, et ça flatte mon ego. A part cela, ça me prend du temps car j'en suis à ma quatrième soirée pour répondre à votre entretien entre occupation familiale et professionnelle, et aussi, ludique ... et oui, je me suis passionné maintenant pour le golf en journée et les "dooms likes" en réseau comme Call of Duty en soirée. Concernant les sollicitations, elles sont assez rares. Tout au plus ai-je reçu quelques courriers de gens, passionnés des "affaires", qui comme vous ont réussi à me retrouver. Auteur dans les années 85-90 ne nous transforme tout de même pas en star même nationale.



Avez-vous une ou des anecdotes à partager ?

   J'en aurais des dizaines à vous conter mais je vais vous en donner une un peu en marge de la partie technique des choses.

   Vous avez noté que mon premier jeu a été édité par la société Core qui était installée à Evry. Et durant l'année qui a suivi ce premier contrat pour lequel je devais toucher 10 francs par jeu vendu, j'avais développé L'Affaire Vera Cruz. Evidemment, cet éditeur m'appelait souvent pour savoir si j'avançais sur ce projet et lorsque j'ai eu une version assez aboutie, il m'a offert un aller retour province Evry pour venir leur présenter la bête. Et c'est ainsi que je me retrouvais quelques jours plus tard dans les locaux de Core à faire une présentation de mon jeu quasiment terminé devant le staff réuni ; patron, programmeurs, comptable etc ...

   N'ayant toujours pas touché de royaltie de cet éditeur depuis la diffusion quelques mois plus tôt de mon premier jeu, je restais assez prudent et notamment j'avais pris garde de ne pas laisser ma disquette dans le micro. Ceci fait, le patron en extase devant les perspectives de vente du jeu, m'invite dans son bureau pour discuter du contrat. Et c'est là qu'une caméra cachée aurait trouvé sa place. Le patron appelle sa secrétaire pour qu'elle lui amène le contrat préparé :

   -Regard souriant très pro de la secrétaire.

   Il me propose alors d'emblée un contrat identique au précédent, c'est-à-dire m'offrant 10 francs par jeu vendu. Je lui explique gentiment qu'entre le premier jeu Strip-Poker et celui-ci, il y avait un gouffre. Il rappelle alors sa secrétaire en lui demandant de refaire le contrat à 11 francs :

   -Regard toujours souriant de la secrétaire.

   Nous discutons encore et marchandons entre gens de bonne compagnie. Sa secrétaire ramène le contrat à 11 francs et sans même que nous le lui prenions des mains, il lui demande donc de le refaire avec 12 francs :

   -Regard morne de la secrétaire.

   Celle-ci repart donc à sa tâche pendant que nous poursuivons la discussion. Lorsqu'elle revient avec le nouveau contrat à 12 francs :

   -Un nouveau regard, noir cette fois

   Son patron lui demande de refaire la page du tarif en mettant 13 francs. Et là, alors qu'on aurait pu croire qu'elle allait éventuellement pousser un soupir pour faire comprendre à son patron qu'il serait temps qu'il sache ce qu'il veut, point du tout, elle s'est carrément tournée vers moi avec un regard indescriptible, mi curieux, mi craintif, les yeux ronds. J'ai vraiment eu l'impression qu'elle découvrait alors un fou complet. Comment pouvais-je me permettre de demander tant à son gentil patron.



Saviez vous qu'il y a un forum Thomson organise chaque année ? Ce forum regroupe les dernier passionnés des Thomson. On y parle de nouveautés (oui, des nouveautés sur Thomson), de démos, de machines (la plupart des machines Thomson sont toutes exposées durant ces 2 jours) ... Cette année, il aura lieu le week-end du 15 et 16 Octobre a Paris. Si vous êtes dans le coin ces 2 jours la, pensez vous y aller rendre visite ?

   Je vais tenter de retenir les dates puisque je suis en banlieue parisienne mais sincèrement si vous deviez m'y voir, ce serait plus pour retrouver des ancêtres de la programmation que ces vieux micro-ordinateurs Thomson.


Un grand merci à Gilles et son frère Philippe pour leur disponibilité, leur temps et leur gentillesse.


Retour

Cette page a été vue 5815 fois.
Vous êtes actuellement 3 utilisateurs connectés.
Cette page a été générée en 0.00307297706604 secondes.


Logicielsmoto.com © Copyright 2001-2018